Home / Financement, crédit & réglementation / Aides et soutiens financiers liés aux travaux d’isolation des combles

Aides et soutiens financiers liés aux travaux d’isolation des combles

Dans le contexte actuel de l’environnement et de la raréfaction des différentes sources d’énergie, les travaux d’isolation sont très encouragés par les différents acteurs. Le principe est de mettre en place, dans chaque habitation, tous les dispositifs permettant d’utiliser au maximum les énergies renouvelables et de limiter la consommation des énergies fossiles. L’isolation des combles entrent dans ce cadre. Cependant, les coûts relatifs aux travaux restent un facteur limitant et se présentent comme la principale raison de non-engagement des particuliers à procéder à l’isolation des combles. Face à cette situation, des aides financières sont proposées aux particuliers qui envisagent d’adopter la solution.

Le Crédit d’Impôt Développement Durable (CIDD)

Avec le CIDD, le montant des investissements relatifs aux travaux d’isolation est soustrait aux impôts sur le revenu. Les travaux d’isolation concernant les résidences principales vieille d’au moins deux ans. Il existe certaines conditions pour accéder au CIDD. Les travaux et les matériaux doivent être fournis par des professionnels qualifiés. Les dépenses liées aux travaux ne doivent pas excéder les 8 000 euros pour un individu et 16 000 euros pour un couple. Dans le cas d’une famille avec des enfants, ce montant est ajouté de 400 euros par enfant. Les travaux envisagés doivent couvrir la totalité du toit.

La réduction des taxes sur les valeurs ajoutées

Avec cette aide financière, la TVA est réduite à un taux de 5,5 % pour les travaux d’amélioration liés aux performances énergétiques. Les résidences secondaires sont couvertes par cette aide et les propriétés doivent également être vieilles de deux ans. De même que pour le CIDD, les travaux doivent être réalisés par des entreprises professionnelles

Les aides financières de l’ANAH

Les subventions attribuées par l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) sont destinées aux travaux effectués pour l’amélioration de la performance énergétique des habitations de plus de 15 ans. Elles sont principalement attribuées aux foyers à revenus très modérés et modérés. Le plafond du montant de la subvention est donc fonction de la situation financière du ménage. Vient ensuite la nature des travaux qui est également un critère d’éligibilité. Le montant alloué est ainsi calculé sur la base de ces deux principaux critères. À titre indicatif, pour un plafond de 50 000 euros, la subvention est de 50 % des dépenses si les travaux concernent la remise en état d’une habitation très vétuste. C’est-à-dire qu’il s’agit de travaux à lourdes charges financières.

Les aides financières régionales

Dans le cadre du Plan régional pour les économies d’énergie, des aides financières octroyées par certaines régions sont également accessibles pour les travaux d’isolation. Des conditions spécifiques sont à respecter pour pouvoir accéder à ces aides et chaque condition est propre à chaque région. Néanmoins, elles sont principalement accessibles pour les résidences principales habitées ou à rénover en vue d’en faire une résidence principale.

L’éco-prêt à taux zéro

Cette forme d’aide couvre les travaux concernant les habitations dont l’achèvement date d’avant l’année 1990. Pour y accéder, les travaux doivent concerner les combles, avec en plus, des travaux d’isolation touchant d’autres parties de la maison comme les murs, les sols, les surfaces vitrées, etc. Pour deux types de travaux, le prêt peut aller jusqu’à 20 000 euros. Pour trois types, le prêt peut atteindre 30 000 euros.

La prime d’économie d’énergie liée aux CEE

Il s’agit ici d’une aide financière octroyée dans le cadre des travaux de rénovation énergétique liés au dispositif règlementaire des CEE (Certificats d’Économies d’Énergie). Les primes touchent plusieurs travaux, dont les travaux d’isolation. L’accès aux primes est conditionné par plusieurs facteurs : les travaux doivent être réalisés par des professionnels labélisés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), la propriété doit avoir au moins deux ans, les matériaux et les matériels utilisés doivent respecter les normes requises par la Réglementation Thermique.

Scroll To Top