skip to Main Content

Besoin de conseils pour l'isolation de vos combles ?

Vous êtes au bon endroit !

IsolationCombles.fr

Le spécialiste de l'isolation des combles en France

Guides travaux

Parcourez nos guides remplis de conseils et astuces pour vous accompagner dans votre projet d’isolation des combles.

Choisir son isolant

Le choix du matériau est primordial pour une isolation réussie. Devenez incollable sur les isolants grâce à nos guides.

Financer ses travaux

Besoin d’un coup de pouce financier pour l’isolation de vos combles ? Découvrez les dispositifs existants.

Devis gratuit

Vous souhaitez faire appel à un artisan ou une entreprise pour l’isolation de vos combles ? Demandez un devis gratuit !

Découvrez nos derniers articles

Isoler des combles aménageables avec vissage des suspentes

L’isolation des combles est la solution idéale pour économiser d’une façon significative sur la facture…

Lire la suite

Isolation des combles à la laine de verre avec suspente à clipser

L’isolation  des combles est un investissement rentable sur le long terme, étant donné que la…

Lire la suite

Comment isoler les combles perdus à la laine de verre?

Bien isoler les combles perdus ou aménageables permet au propriétaire de s’assurer d’une économie permanente sur…

Lire la suite

Isolation des combles perdus par soufflage de la laine de verre

Isoler les combles permet de réduire jusqu’à 30% sa consommation d’énergie en chauffage. La technique…

Lire la suite

Pourquoi isoler ses combles ?

Energie

Diminuez votre facture énergétique en améliorant l’isolation de votre maison. Faites des économies sur le chauffage et la climatisation.

Confort

Donnez de la valeur ajoutée à votre maison. Améliorez le confort de votre maison été comme hiver. Augmentez la valeur de votre bien.

Environnement

Protégez l’environnement en diminuant votre empreinte carbone. Contribuez à la lutte contre le réchauffement de la planète.

L’isolation des combles est une isolation thermique permettant d’empêcher la chaleur de s’échapper par la toiture d’un logement. Découvrez tout ce que vous devez savoir à ce sujet : avantages, méthodes et matériaux existants, prix, conseils pratiques, aides financières disponibles…

A quoi sert l’isolation des combles ? Quels sont ses avantages ?

Les combles sont les espaces vides compris entre le dernier plancher d’un bâtiment et sa toiture. L’isolation des combles permet d’améliorer la performance énergétique d’un bâtiment. Compte tenu du fait que 30% de la chaleur s’échappe par le toit, il s’agit d’une isolation thermique très efficace.

En effet, le phénomène de convection par lequel l’air chaud s’élève naturellement entraine une montée de l’air chaud vers le toit. L’isolation des combles permet donc d’empêcher la chaleur de s’échapper par le toit.

Ainsi, l’isolation des combles permet de réaliser des économies en réduisant la facture de chauffage à hauteur de 30%. Elle permet aussi de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et donc de contribuer à la sauvegarde de l’environnement.

En isolant les combles, il est possible de mieux maîtriser la température et de limiter l’ampleur des variations de température au sein du bâtiment. En plus d’avoir moins froid en hiver, ces travaux permettent donc aussi d’avoir moins chaud durant l’été. Attention toutefois : pour éviter l’accumulation de chaleur sous les combles, il est recommandé d’installer un système de ventilation. Enfin, cette isolation permet d’optimiser l’absorption acoustique pour plus de confort au sein du bâtiment.

Il est fortement recommandé d’effectuer des travaux d’isolation des combles avant d’envisager un investissement dans un nouveau système de chauffage. En effet, avec une bonne isolation, vos besoins en chauffage seront fortement réduits. Vous pouvez réaliser l’isolation des combles vous-même. Mais il est fortement conseillé de faire appel à un professionnel pour l’isolation des combles.

Il faut savoir que l’isolation des combles est celle qui permet de réaliser le plus d’économies d’énergie, et ce à un moindre coût : 53€ par mètre carré en moyenne. Il s’agit donc de l’isolation à prioriser lorsque vous envisagez des travaux énergétiques. Elle est à la fois efficace, et vite rentabilisée. En moyenne, 5 à 6 ans suffisent pour rentabiliser les travaux d’isolation des combles.

L’isolation des combles est aussi une bonne façon de valoriser un logement en vue d’une vente ou d’une location. Tout d’abord, l’économie énergétique apportée permet d’atteindre une note A sur l’échelle de la consommation énergétique (la meilleure note). Elle peut aussi permettre d’améliorer l’isolation acoustique, de réduire les dépenses en chauffage, et les variations de température. Tous ces avantages peuvent faire augmenter la valeur de la propriété !

Quels sont les différents types de combles ?

Afin de choisir la solution d’isolation qui convient le mieux à votre logement, il est important de bien comprendre ce que sont les combles et quels sont les différents types de combles existants.

Comme expliqué précédemment, les combles sont l’espace vide entre le dernier plancher d’un bâtiment et la toiture. Si l’espace sous toit n’est pas encombré par la charpente, il s’agit de combles aménagés (ou aménageables). En règle générale, l’espace sous la charpente mesure 1m80 de hauteur, et l’angle de la pente du toit est supérieur à 30% afin que les combles soient habitables.

Si la hauteur sous plafond est insuffisante, ou si la charpente est trop encombrante, les combles ne sont pas habitables : il s’agit de combles perdus. En fonction du type de combles, la technique d’isolation employée varie. En général, les combles perdus sont isolés par soufflage de flocons sur le plancher, tandis que les combles aménagés sont isolés en agrafant l’isolant sous les rampants du toit.

Isolation des combles : quelles sont les différentes solutions ?

Comment isoler les combles ? Il existe de nombreuses solutions différentes pour isoler les combles. La méthode la plus couramment employée est celle de l’isolation par l’intérieur. Cette méthode elle-même peut être employée de deux manières différentes.

Isolation par l’intérieur

Isolation du plancher (combles perdus)

La première manière consiste à poser le matériau isolant sur le plancher des combles. Cette approche convient particulièrement aux bâtiments dotés de combles perdus (non aménageables). Pour cause, elle ne nécessite pas de chauffer le volume d’air que représente les combles. L’objectif est d’atteindre une résistance thermique d’au moins R = 7.

S’il n’y a pas de plancher, il est possible de poser un isolant en vrac, à condition que le support soit suffisamment résistant pour le poids de l’isolant. Une alternative consiste à ouvrir un chemin de passage afin d’accéder à une ventilation mécanique contrôlée.  

Plusieurs techniques de pose d’isolant peuvent être utilisées pour une pose au sol. En fonction du type de charpente (industrialisée ou traditionnelle), de la configuration du sol (plancher haut ou solives et plafond) et de l’accessibilité de la charpente, la méthode optimale diffère.

Le soufflage mécanique est souvent utilisé pour les combles sans accès pratique. Il consiste à insuffler l’isolant (généralement de la laine de roche ou de la laine de verre) en vrac sur l’ensemble de la surface des combles en utilisant une machine. Cette solution présente l’avantage d’être très rapide à déployer.

Le soufflage requiert un compresseur et une machine à soufflage mécanique. Il est possible de contrôler l’épaisseur de l’isolant soufflé grâce à des piges graduées placées au sol. L’épaisseur doit prendre en compte le tassement. Il est également indispensable de mettre en place un pare-vapeur.

L’épandage manuel consiste à poser l’isolant en vrac à la main entre les solives. Par la suite, on utilise un râteau pour égaliser à la hauteur. Cette technique prend plus de temps, mais permet d’opter pour des matériaux isolants plus fragiles comme la ouate de cellulose. Un pare-vapeur indépendant doit impérativement être mis en place. En outre, la continuité et l’étanchéité aux jonctions avec les points singuliers doivent être vérifiées.

La dernière technique consiste à appliquer le matériau isolant sur le plancher ou entre les solives en utilisant un panneau ou un rouleau à déposer. L’isolant est déroulé, pare-vapeur vers le bas, sur le plafond qui sépare les pièces habitables des combles. Les espaces vides non calfeutrés doivent être évités en recouvrant la partie supérieure des solives d’isolant pour empêcher la création de ponts thermiques. Si l’isolant n’est pas suffisamment épais, une seconde couche peut être appliquée sans pare-vapeur.

Cette approche nécessite l’accessibilité des combles. En outre, il est nécessaire de découper les isolants afin d’assurer l’homogénéité de l’isolation. Pour compléter l’isolation du plancher, il est possible de poser des panneaux ou des rouleaux de laine au niveau de la toiture, sous les rampants.

Les points singuliers doivent eux aussi être isolés. La trappe d’accès aux combles doit être isolée et étanche à l’air, le passage des gaines à travers le pare-vapeur doit être calfeutré à l’aide d’un adhésif, un chevêtre en béton doit assurer la distance de sécurité au droit des conduits de fumée, et la jointure toiture / façade doit être calfeutrée. Par ailleurs, des zones de circulation doivent être aménagées pour éviter la détérioration et le tassement de l’isolant.

Isolation des rampants (combles aménagés)

Le seconde manière d’isoler par l’intérieur consiste à exploiter les rampants (l’intérieur des pentes de la toiture) en posant le matériau isolant en dessous. L’avantage de cette approche est qu’elle laisse le plancher des combles accessibles. En revanche, la hauteur disponible s’en trouve réduite. Cette approche convient donc pour l’isolation des combles aménageables, mais elle n’est pas adaptée aux charpentes de type fermette.

En fonction du type de charpente, le nombre de couches d’isolant et les techniques utilisées varient. L’idée est maintenir une couche continue sur l’ensemble des pentes du toit pour supprimer tout pont thermique et maximiser la résistance thermique.

Dans le cas d’une charpente industrielle, il est possible de fixer une couche unique de laine sous les chevrons. Cet isolant est simple à appliquer, mais présente l’inconvénient de réduire le volume de la pièce.

Il est possible d’opter à la place pour une isolation double couche. La première couche est placée entre les chevrons, la seconde sous les chevrons. Cette deuxième couche est posée grâce à des suspentes, et portée par une ossature constituée de bois ou de métal.

Si les combles sont aménageables mais pas encore aménagés, il est possible de disposer une dalle sèche en granulats isolants sur le plancher. Par la suite, cette dalle pourra être recouverte par le revêtement de votre choix.

Il n’est pas recommandé de procéder par l’insufflation à l’intérieur des rampants. L’isolant se tasse, et les parties hautes de la toiture ne seront plus protégées.

Isolation par l’extérieur

Il est aussi possible d’effectuer l’isolation des combles par l’extérieur afin de conserver le volume intérieur des combles intact. On pose alors le matériau isolant entre les éléments de la charpente et la toiture. Pour ce faire, il est possible d’utiliser plusieurs techniques différentes : le sarking, le détuilage, la technique des caissons chevronnés ou encore la technique du sandwich. La plus courante reste toutefois celle du sarking.  

Le sarking est une méthode utilisée spécifiquement pour les toits en pente. Elle s’effectue en plusieurs étapes. Il s’agit tout d’abord d’enlever la couverture existante (c’est à dire les tuiles, chanlattes ou planchettes qui recouvrent le toit). On applique ensuite, le plus souvent, des panneaux d’isolation raides de polyuréthane sur les membrures. Il est aussi possible de poser dans un premier temps un sol porteur.

Un sous-toit est ensuite ajouté par dessus les panneaux d’isolation, afin que la toiture soit étanche et résiste au vent. Les nouvelles planchettes sont ensuite attachées aux chevrons du toit à l’aide de vis, par-dessus le matériel d’isolation. Enfin, les voliges sont ajoutées.

L’isolation des combles par l’extérieur est nettement moins répandue que l’isolation par l’intérieur, notamment à cause de son prix plus élevé. Cette méthode d’isolation requiert en effet une découverture complète du toit. Elle nécessite aussi une expertise plus importante.

Un autre inconvénient est que l’isolation par l’extérieur confère généralement une moins bonne isolation acoustique que l’isolation par l’intérieur. En effet, on utilise généralement des panneaux d’isolation raides, moins insonores que des matériaux d’isolation standardisés comme la laine de roche ou la ouate de verre utilisés pour l’isolation par l’intérieur.

Cependant, l’isolation par l’extérieur présente également ses avantages. Il s’agit d’une solution plus efficace en termes de performance thermique. De plus, contrairement à l’isolation par l’intérieur, elle ne réduit pas la surface habitable. La toiture s’en trouve également mieux protégée contre l’humidité, le gel, et les usures qui surviennent au fil du temps telles que la dilatation et le rétrécissement. Dans le cas du sarking de toiture, les travaux peuvent être effectués rapidement.

Dans le cadre d’une rénovation de couverture, il peut être intéressant de profiter de l’occasion pour procéder à des travaux d’isolation.

L’isolation d’un toit-terrasse

Un toit-terrasse est un cas particulier. Son isolation doit impérativement être réalisée par l’extérieur. En outre, l’étanchéité totale est indispensable, et l’isolation doit faciliter l’écoulement de l’eau afin d’empêcher les infiltrations.

Pour répondre à ces contraintes, on recouvre généralement l’isolant d’un revêtement bitumeux. Le plus souvent, on opte pour un des panneaux de polystyrène ou des panneaux de laine de roche densifié. Cette isolation étant particulièrement délicate, il est vivement conseillé de faire appel à un couvreur professionnel pour effectuer un diagnostic de l’isolation et la toiture. Ce dernier pourra ensuite proposer une solution optimale.

Isolation des combles : quelques conseils avant de commencer

Avant d’entamer les travaux d’isolation des combles, il est important de prendre quelques mesures. Le plus important est de s’assurer que la structure soit parfaitement saine avant de procéder, sans quoi l’isolation risque de se révéler inefficace.

Examinez votre charpente à la recherche de certains symptômes, ou faites directement appel à un professionnel pour s’en charger. Si la charpente est humide, il est probable que la toiture ne soit pas assez étanche. Si vous y découvrez des traces de sciure ou des dépôts de bois, il est possible que la charpente soit infestée par des insectes tels que les xylophages. Dans tous les cas, ces défaillances doivent impérativement être traitées avant d’entamer les travaux d’isolation.

Isolation des combles : quels sont les matériaux utilisés ?

Les matériaux traditionnels pour l’isolation des combles peuvent être d’origine minérale, végétale ou animale. Un des meilleurs matériaux isolants parmi les plus utilisés est la laine de verre, qui équipe plus de 75% des foyers en France. Ce matériau propose un excellent rapport qualité-prix, mais il n’est pas forcément le plus performant.

La laine de roche est le matériau qui permet l’isolation la plus complète. En plus d’une isolation thermique, ce matériau permet une isolation acoustique, une protection contre les incendies, une résistance à l’eau et une résistance aux termites. Cet isolant provient du basalte, matériau naturel issu de l’activité volcanique. Il est obtenu par fusion et fibrage. En fonction du bâtiment, il est possible de poser la laine de roche en rouleau, en panneau rigide, en coquilles ou en flocons. Ce matériau est particulièrement adapté à l’isolation des toitures étanchées, car il fournit une forte résistance mécanique.

Un autre matériau populaire est le chanvre. Issu de fibre naturelles, cet isolant s’applique de la même façon que la laine de verre ou de roche. Il se conditionne sous forme de nappes, tandis qu’un liant à base de fibres de polyester est ajouté pour obtenir un matelas souple et consolidé. La laine de chanvre est composée de 40 à 80% de fibres de chanvres, et peut être complétée d’additifs tels que le coton ou le jute. Sa conductivité thermique varie de 0,039 à 0,045 W/m.K., ce qui en fait un isolant très efficace. Attention toutefois : lorsqu’il est utilisé en vrac, ce matériau peut se tasser au fil du temps. Il est donc préférable de le réserver à l’isolation des parties horizontales du logement.

La ouate de cellulose est un isolant fabriqué à partir de papier recyclé ou de boue papetière en provenance de journaux recyclés et autres coupes de papiers d’imprimerie. Le papier moulu reçoit plusieurs traitements : antifongique, ignifuge, insecticide…

Cet isolant est considéré comme plus écologique que la plupart des autres matériaux. Il est également idéal pour l’isolation des combles non-habitables, car il peut être insufflé dans les interstices les plus fins.

Le polyuréthane est un isolant en plastique alvéolaire d’origine organique. Il est obtenu à partir du moussage d’un composé de polyols, de méthylène diisocyanate, d’agent gonflant et d’additifs. 50 microns d’aluminium sont ajoutés pour assurer l’étanchéité à l’air et la durabilité des performances thermiques. La conductivité thermique quant à elle varie de 0,021 W/m.K à 0,028 W/m. en fonction de la technique de production employée et des types de parements.

Un autre isolant est la laine de textiles recyclés, obtenue en recyclant du textile. Ce matériau est composé de 70% de coton, 15% de textiles synthétiques, et 15% de liant en fibres polyester. En règle générale, les textiles recyclés sont traités au chlore afin d’être blanchis. La conductivité thermique de cette laine varie de 0,039 W/m.K à 0,051 W/mK en fonction de la fabrication et de l’humidité ambiante.

La laine de mouton peut également être utilisée comme isolant naturel. Elle peut être utilisée à l’état brut, ou manufacturée. On y ajoute alors 25% de fibres synthétiques pour une meilleure cohésion des panneaux ou rouleaux. Précisons que, comme tous les isolants d’origine animale, cette laine reçoit des traitements antifongiques, insecticides et ignifugeants. La conductivité thermique de la laine de mouton varie de 0.039 W/m.K à 0.042 W/m.K, en fonction de l’humidité ambiante qu’elle absorbe. Cet isolant est utilisé pour les combles perdus, les rampants, les sous-plancher et les murs.

Enfin, les isolants minces permettent de préserver davantage le volume de la pièce et la surface habitable dans le cas où les combles sont aménageables. il s’agit de matériaux isolants enrobés de feuilles, permettant de réduire les échanges thermiques par rayonnement.

Si vous souhaitez aménager vos combles, il est important de choisir un matériau isolant doté d’une propriété appelée “temps de déphasage”. Celle-ci permet de limiter l’ampleur des écarts de températures, afin d’isoler les combles contre la chaleur en été.

Isolation des combles : quels sont les prix ?

Le prix de l’isolation des combles dépend de plusieurs facteurs : type et accessibilité des combles, type et épaisseur du matériau isolant, configuration de la pièce, situation géographique du logement, technique de pose, et coût de la main d’oeuvre.

Le coût à prévoir pour une isolation des combles et de la toiture est compris entre 20 et 150 € / m² TTC. Le budget à prévoir pour ce type de travaux d’isolation dépend de plusieurs critères :

Dans le cas d’une isolation de combles perdus, il faut compter en moyenne entre 18 et 53 euros par mètre carré. Pour des combles aménagés, le coût s’élève généralement à 56 euros par mètre carré pour une isolation sous rampants. Pour une isolation extérieure de la toiture, il faut compter en moyenne 187 euros par mètre carré. En effet, l’isolation par l’extérieure implique une découverture totale du toit. Cette isolation est principalement recommandée lorsque la toiture doit être entièrement refaite.

L’isolation des combles représente donc un investissement, mais elle permet en moyenne d’économiser 451 euros par an. Ainsi, ces travaux sont généralement rentabilisés en cinq à six ans.

Même s’il peut être tentant d’opter pour la solution la plus économique, il est vivement conseillé de privilégier la qualité afin que l’isolation soit efficace et durable. Choisissez des matériaux de qualité, et faites appel à un professionnel réputé.

Isolation des combles : quelles sont les performances énergétiques à atteindre ?

Pour déterminer l’efficacité d’un isolant, on mesure sa performance. Celle-ci dépend de la conductivité, de l’épaisseur et de la résistance thermique du matériau. Plus la résistance R est élevée, plus l’isolation est performante.

La réglementation thermique en vigueur, RT2012, fixe les exigences en matière de performances. Les nouvelles constructions doivent impérativement offrir une résistance minimale de R = 8 m².K/W. En ce qui concerne les rénovations, il n’y aucune obligation légale, mais des seuils de performances minimaux doivent être visés pour pouvoir profiter de crédit d’impôts et autre aides financières.

Une isolation efficace doit offrir une résistance thermique de 4,0 m².K/W en combles aménagés et 4,5 m².K/W en combles perdus.

Précisons qu’une résistance de chaleur de 3,5 m².K/W suffit pour prétendre à une prime d’un exploitant de réseau. En revanche, pour être éligible au crédit d’impôt, les exigences sont plus importantes.

Dans le cas d’une isolation de combles perdus, de rampants de toiture ou de plafonds de combles, la résistance thermique doit atteindre au minimum 7 m².K/W. Dans le cas d’une isolation de toiture ou de combles aménagés la résistance thermique doit atteindre au minimum 6 m².K/W. Il est donc important de choisir un matériau isolant en fonction de ses performances.

Isolation des combles : quelles sont les aides fiscales et les primes proposées par l’Etat ?

Afin d’inciter les Français à effectuer des travaux énergétiques dans leurs logements, l’Etat propose de nombreuses aides fiscales pour financer l’isolation des combles. Pour ce faire, vous pouvez tout d’abord bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE).

Celui-ci permet de profiter d’une déduction fiscale à hauteur de 30% de la base imposable des travaux réalisés (dans la limite d’un plafond de 100 euros par mètre carré en cas d’isolation de parois par l’intérieur). Pour bénéficier de ce crédit, il est nécessaire d’être un particulier résidant en France, de faire réaliser ses travaux par un professionnel isocombliste RGE, et enfin d’atteindre un certain seuil de performances thermiques à l’issue des travaux. Dans le cas d’un plancher de combles perdus, l’isolation doit permettre d’atteindre une Résistance supérieure ou égale à 7 m².K/W. Dans le cas d’une isolation des rampants de toiture et des plafonds de combles, la Résistance doit être supérieure ou égale à 6 m².K/W.

L’isolation des combles permet aussi de recevoir un certificat d’économie d’énergie. Ce certificat permet de profiter d’une prime d’énergie remise par certaines entreprises des secteurs de l’énergie ou de la grande distribution. Il est possible de recevoir ainsi plusieurs centaines d’euros.

Afin de profiter d’une aide supplémentaire pour vos travaux d’isolation, vous pouvez également tenter d’obtenir un prêt financier. L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) permet de recevoir 30000 euros remboursables sans intérêts. Ce prêt peut être accordé à tout particulier propriétaire, bailleur ou copropriétaire qui entreprennent des travaux de rénovation énergétique pour une résidence principale.

Vous pouvez également profiter des subventions d’Etat, accordées par votre région, votre département, ou par l’Anah (Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat). Pour connaître le montant des subventions que vous pouvez recevoir en fonction de votre lieu d’habitation, renseignez-vous directement auprès de votre commune.

Si vous faites partie des ménages les plus modestes, vous pouvez également profiter du Pacte Energie Solidarité qui vous permettra de réaliser l’isolation des combles de votre logement pour seulement 1 euro. Le programme PES est financé par les Certificats d’Economies d’Energie (CEE) afin d’aider les ménages précaires. Plus de 20000 foyers ont été isolés grâce à cette aide.

Pour en profiter, il est nécessaire d’être propriétaire ou locataire d’une maison individuelle. En outre, cette offre n’est disponible que pour les combles perdus. Les combles aménagés ou aménageables ne peuvent en profiter. Enfin, des plafonds de revenus ont été fixés par le gouvernement. Pour une personne seule, les revenus ne doivent pas dépasser 14308 euros par an pour un logement en province, et 19803 euros pour un logement en île-de-France. De fait, seuls 40% de la population française peuvent profiter de ce programme PES.

Back To Top